image_pdfimage_print

Nous sommes insidieusement et progressivement entrés depuis de nombreuses années dans la troisième guerre mondiale dite de « Quatrième génération ». L’« Opération Covid » est en réalité la bataille finale pour basculer dans le contrôle total des populations par un pouvoir totalitaire mondial. Elle sera décisive pour l’avenir de l’Humanité. C’est pourquoi il faut bien prendre la mesure de son ampleur, l’anticiper et la combattre de façon appropriée selon l’avancée des ennemis intérieurs et extérieurs. Les atermoiements, inactions et faiblesses seront fatals.

La guerre de quatrième génération

Le concept de « guerre de quatrième génération » abrégée en 4GW (Fourth Generation Warfare) est né en 1989. Il est l’œuvre de l’écrivain et stratège William S. Lind aux côtés de plusieurs officiers militaires américains.

Description des différentes évolutions des concepts de guerre :

  • Première génération : principalement axée sur la masse humaine disposée en lignes et en colonnes sur le champ de bataille, de l’ère du mousquet à la Première Guerre mondiale.
  • Deuxième génération : suppose une puissance de feu. Celle de la mitrailleuse puis de l’avion, en mobilisant en amont une forte production industrielle. Elle naît en réponse aux affrontements dans les tranchées.
  • Troisième génération : implique le principe de capacité de manœuvre, tel le blitzkrieg de la Seconde Guerre mondiale. Le vainqueur est celui qui disperse et contourne les troupes ennemies. L’avantage est à la technologie et à la vitesse. C’est l’opposition entre le vif et l’enterré.
  • Quatrième génération : correspond à la révolution de l’information. Elle mobilise des populations entières en un antagonisme gagnant tous les domaines : politique, économique, social, culturel… L’objectif est le système mental et organisationnel de l’adversaire. Totalement asymétrique, elle oppose deux acteurs n’ayant rien en commun. D’un côté des puissances de la haute technologie (plus ou moins capables de profiter de la Révolution dans les Affaires Militaires : information en temps réel, armes « intelligentes » et précises, commandement à distance par les réseaux numériques). D’autre part, des acteurs transnationaux ou infranationaux éparpillés, groupes religieux, ethniques ou d’intérêt s’en prenant indistinctement au marché, aux symboles de l’Occident, à ses communications. Les populations sont le cœur de cible.

Ce type de guerre est caractérisé par un ou plusieurs éléments suivants :

  • complexe et menée sur le long terme,
  • implique le terrorisme (guerre asymétrique) comme élément tactique,
  • base transnationale ou non nationale, hautement décentralisée,
  • attaque directement la culture de l’ennemi, en incluant des actes génocidaires contre des civils,
  • guerre psychologique et subversion élaborée, spécialement à travers la manipulation des médias et l’utilisation de moyens de droit légal,
  • tous les moyens de pression sont utilisés ; politiques, économiques, sociaux et militaires,
  • se déroule avec des conflits de basse intensité, inclut des acteurs de tous les réseaux et milieux,
  • les non-combattants sont des dilemmes tactiques,
  • non hiérarchisé,
  • groupes actifs de taille réduite, large réseau de communication et de soutien financier,
  • utilisation de techniques d’insurrection et de guérilla.

Suite à l’effondrement du bloc soviétique, d’innombrables fonctionnaires occupés à traquer l’ennemi extérieur se sont dès lors employés à traquer leurs propres concitoyens au profit d’une prétendue « élite ».

Opération Covid

Peu importe que le Covid se soit répandu accidentellement ou intentionnellement. Peu importe également qu’il soit issu d’une opération de subversion d’un « État profond » américain ou chinois. L’avenir sera là pour nous éclairer.

Le Covid sert les intérêts convergents de plusieurs protagonistes économiques, technologico-industriels et politiques. Il est le prétexte à une clique psychopathe globaliste de dicter son agenda d’asservissement de la population mondiale calqué sur le modèle chinois.

En à peine quelques décennies, les technologies de l’information ont produit des milliardaires dont le poids a très profondément influencé les politiques d’états pour tendre vers un monde de contrôle numérique.

Ainsi, sous couvert de philanthropie, ont-ils investi des sommes considérables dans les industries pharmaceutiques – justifiant le contrôle – et environnemental – prétextant la nécessité – tout en infiltrant les structures supranationales correspondantes. Toute personne, quel que soit son statut ou sa qualité, remettant en cause le narratif officiel qu’ils contrôlent désormais est ainsi bannie de l’espace public et subit l’anathème. Y compris le président des États-Unis Donald Trump qui s’est ouvertement opposé au globalisme !

Car leurs attentes en retour sur investissement sont considérables.

Les grands financiers et argentiers ont, eux aussi, bien compris que leur soutien était nécessaire pour remplacer leur modèle économique de création monétaire par la dette en voie d’effondrement.

Et tous les adorateurs occultes du dieu argent, en substitution d’un dieu spirituel, ont ainsi mis en commun leurs efforts pour tendre vers un objectif absolument abject de domination du monde dépendant de leur création monétaire.

Et nous ne parlons même pas du Parti communiste chinois et ces collabos à travers ses Instituts Confucius d’infiltration, qui, dans cette guerre livrée aux peuples, en profite pour étendre son influence de domination du monde pour détrôner les USA de leur hégémonie.

Car nous les voyons venir ces psychopathes à tête de dictateur !

Se référant aux projections futuristes d’œuvres d’anticipation traitant de sociétés dystopiques, nous pouvons imaginer une trajectoire prévisible si nous les laissons faire.

  • La destruction des États-nations. Structures qu’ils considèrent comme obsolètes, car elles freinent les échanges de capitaux et marchands. L’Union européenne n’est qu’une étape vers leur fameux « nouvel ordre mondial » souhaité par Sarkozy, Hollande, Macron, Merkel, les marionnettistes du pantin Biden, Trudeau et autres chantres du globalisme tels les Attali, Gates, Soros, Schwab, et même le prétendu pape François ! Entre autres…
  • L’asservissement de la population par les technologies numériques. Cette quatrième révolution industrielle nécessite que nous soyons interconnectés pour permettre le déploiement de leurs technologies de reconnaissance faciale par « l’intelligence artificielle » et de leurs objets communicants. Les perspectives de « croissance de marché » sont énormes. Et les politiciens de contrôler notre obéissance au modèle de société imposé. Ainsi, à terme, le droit à la propriété sera aboli, les moyens de subsistance réduits à la portion congrue, les déplacements non-nécessaires interdits, l’accès aux ressources financières numériques conditionnées par le crédit social… Tout ceci pour notre bien et « nous serons heureux ».
  • La « nouvelle normalité ». Créée de toute pièce pour instaurer un modèle de société dystopique et apocalyptique où les plus riches, les maîtres, seront servis par leurs esclaves, les « inutiles ». C’est le « Grand reset », théorie du complot selon les médias-collabos…
  • La dépopulation massive des inutiles et leur remplacement par l’homme augmenté. Les ressources naturelles s’épuisant et les ouvertures professionnelles se raréfiant, car remplacées par l’intelligence artificielle et la robotique, de nombreuses personnes deviendront « inutiles » et pèseront sur l’économie selon eux. Elles doivent donc disparaître au seul bénéfice des « maîtres » ou « dieux » conformément aux termes employés par leurs gourous. La génothérapie infertilisera les « inutiles » programmant ainsi leur disparition. Une sélection biologique à la naissance couplée à une empreinte numérique permettra aux esclaves de remplir les fonctions dont les maîtres auront besoin. Une fois leur « vie résiduelle » atteinte, ils seront éliminés par une simple commande automatique de leur IA greffée dès la naissance.

Dans une société libre et « démocratique », cette extrapolation, basée sur les publications et interventions des gourous globalistes, devrait faire l’objet de débats éclairés et contradictoires ! Mais au contraire, la censure et la qualification de « théoricien du complot » frappent d’excommunication les personnes qui, à juste titre, s’interrogent sur ces sujets. Mais désormais, plus le temps passe, plus les mises en garde des lanceurs d’alertes voient leurs craintes se concrétiser. Comme le doux euphémisme de « soldats augmentés ». Ce qui tend à démontrer la pertinence des mises en garde…

Si certains problèmes comme la démographie, l’épuisement des ressources naturelles, la misère et autres sujets nécessitent des réponses politiques, il n’appartient pas à des cliques privées, c’est-à-dire mues par le profit, de les décider. Et ces cliques se retrouvent dans les Bilderberg, coteries occultes, « fondations » et autres Young Leaders et cercles de « réflexion » sans compter les lobbyings divers et variés qui n’ont été mandatés par personne. En Démocratie, seul le peuple décide ! Mais qui peut encore croire que nous sommes en Démocratie ?

Parce que tout ceci n’est que l’arbre qui cache la forêt. En effet, l’inévitable krach boursier larvé est volontairement accéléré par l’opération Covid dans le cadre d’une « fenêtre d’opportunité unique » selon les dires de Klaus Schwab, grand gourou et chef d’orchestre médiatique de l’agenda globaliste. Il doit donc s’accompagner de mesures destinées à contraindre la population, y compris par la force, à rester confinée chez elle pour éviter toute révolte. Et ça fait un moment qu’ils s’y préparent par, entre autres, la mise en place d’Eurogendfor. Lisez bien entre les lignes dans la perspective de soulèvement d’un peuple européen… Si l’Union européenne était bourrée de vertus, pourquoi avoir créé cette force de police dont les interventions n’ont à rendre de compte à personne ?

Et pour enfoncer le clou, il est maintenant envisagé une panne généralisée de l’électricité et / ou de l’Internet pour empêcher toute communication. Il faut vraiment être un crétin chevronné pour ne pas voir les directives du Gourou dans cette annonce, soi-disant à titre préventif, d’une « cyberattaque ».

C’est pourquoi, sous couvert de la lutte contre la « pandémie » de Covid, qui rappelons-le n’est pas plus dangereux que la grippe, des mesures totalitaires extrêmes sont envisagées pour accélérer l’agenda globaliste. Et comme d’habitude dans les dictatures, le « diviser pour mieux régner » consiste à traiter les « non vaccinés » comme les principaux fautifs des mesures iniques de restriction des libertés adoptées.

Et tout ceci sans remettre en cause l’actuel paradigme. Alors qu’il existe des traitements précoces efficaces à base de médicaments peu onéreux, mais dont l’usage est interdit par la dictature, la baisse des lits d’urgence entamée depuis plusieurs années, et surtout, sans remettre en cause le mode de création monétaire qui, actuellement, place les débiteurs en situation d’esclaves.

Combattre ces psychopathes

Il est essentiel de comprendre que leur succès ne repose que sur notre docilité à accepter leur programme par conformisme. C’est-à-dire par notre capacité de survie individuelle en copiant ce que font nos congénères.

Nous sommes dépendants d’eux ; accès à la nourriture, remboursements de crédits, besoin de travailler pour financer notre existence…

Le théâtre des opérations

Cette guerre protéiforme se déroule dans plusieurs champs opérationnels. Il est vital de combattre l’ennemi sur les mèmes terrains que lui. Se lamenter et brailler chez soi ne sert à rien !

Le champ informationnel

Il s’agit de tous les canaux de diffusion de l’information que l’ennemi utilise pour créer un narratif qui, par matraquage, finit par devenir la norme qui s’impose à tous.

Il faut donc tuer le narratif imposé en créant un narratif contraire par l’argumentation factuelle basée sur les publications des meilleurs spécialistes.

Notre site « Quid est Veritas ? » s’emploie à donner de la visibilité aux créateurs de contenus alternatifs.

Les tribunaux

Nous savons que nombre de magistrats sont idéologiquement dans la droite ligne globaliste. Nombreux adhèrent aux coteries occultes. Mais tant que le droit existe, même dévoyé, il faut les remplir de plaintes dénonçant l’iniquité des mesures allant à l’encontre des fondamentaux humains.

Le relationnel

Bien entendu, nos proches endormis par la propagande doivent se « réveiller ». Il nous appartient d’y contribuer avec bienveillance. L’objectif n’est pas de les contrer dans une joute verbale. Mais, telle la maïeutique , de les faire s’interroger sur les décisions dictatoriales face à des faits indiscutables prouvant le contraire du narratif officiel. Si nous prenons garde de ne pas les blâmer, une fois qu’ils auront accepté de s’être fait bernés, ils seront irrémédiablement convaincus !

Les élus locaux

Les maires et les députés doivent être interpelés pour leur rappeler leur devoir de représentation locale. Les Députés en leur demandant avec une courtoise fermeté d’engager la procédure de destitution du tyran, pantin des forces financières. Les maires en faisant appel à leur bon sens face aux décisions abjectes du pouvoir et exiger d’eux le non contrôle du pass sanitaire, des masques et tout le reste.

Les ennemis

Les ennemis des peuples sont les grandes puissances de l’argent, les multinationales, les européistes, les propagandistes médiatiques et les collaborationnistes de cette idéologie globaliste. Peut importe leur hypothétique appartenance à des coteries occultes. Chaque chose en son temps. Concentrons-nous sur le factuel.

Leurs atouts

Moyens financiers, matériels et régaliens de l’État que nous avons eu la faiblesse de leur confier.

Coopération internationale des criminels milliardaires et autres psychopathes et leurs collabos.

Contrôle du narratif par leurs médias de propagande, leurs réseaux sociaux, leurs fermes à trolls… Il s’agit de tous les canaux de diffusion de l’information utilisés pour créer un narratif qui, par matraquage, finit par devenir la « nouvelle normalité ». Les fermes à trolls financées par les états répandent volontairement des fausses nouvelles. Ainsi, les autorités ont des arguments tout trouvés pour justifier la censure sur le Web.

Leurs faiblesses

Extrêmement minoritaires.

Leur pouvoir ne tient que par le fil des forces régaliennes.

Simples mortels.

Les Résistants

Tous les chercheurs de Vérité et toutes les personnes qui ne se plient pas aux injonctions de la dictature sont de fait des Résistants traités avec mépris par l’ennemi et leurs collabos.

Nos atouts

Le plus grand nombre.

L’intelligence collective.

La détermination à aller jusqu’au bout.

Nos faiblesses

La division.

Le manque d’organisation et de coordination des actions.

Trop de personnes ne s’informent encore que par les médias de propagande.

Nos moyens et actions

Communication : les réseaux sociaux, le Web, le bouche-à-oreille, les supports écrits…

La solidarité, les collectifs et associations.

Les manifestations.

Le boycott et la « dégafamisation ».

Le blocage complet de l’activité.

Créer une société sans argent.

Instaurer une [vraie] Démocratie.

Les combats en dernier ressort

Enfin, si les voies pacifiques du Droit, de la raison et de la sagesse ne parviennent pas à permettre l’installation d’un modèle de société vraiment démocratique au service du plus grand nombre en reprenant entre autres la possession de la création monétaire par la mise en place de nouvelles institutions, alors dans un sursaut désespéré de lutte vitale pour la survie la manière forte sera à craindre.

Celle-ci pourrait hélas apparaître et dégénérer une fois que les comptes bancaires de très nombreuses personnes ne seront plus accessibles. Ceci sera inévitable.

Nous ne pouvons objectivement feindre d’ignorer cette extrémité, que personne ne souhaite. Mais s’il en va de la survie de notre société, alors…

« Qui veut la paix, prépare la guerre »…

image_pdfimage_print